Ikebukuro homeless (en cas d'un homme agé de 35 ans)

Publié le par Shigeharu OIWA

Première partie


Deuxième partie

Hier, j'ai écrit l'article sur un sans-abri agé de 52 ans. Cet homme, qui avait perdu son travail dans  la région Tohoku, est venu  à Tokyo de afin d'y travailler. Il pensait qu'on pouvait gagner de l'argent plus facilement que dans sa région. Mais en réalité, c'était pour lui difficile d'y trouver un boulot. Il était chômage longtemps sans domicile. Donc, il était obligé de dormir en plein air. 


En cas d'un homme plus jeune, c'est un peu différent. Quand il était enfant, ses parents ont divorcé car son père a eu énormement de dette. Sa mère a vécu avec lui, mais c'était difficile pour eux de vivre... Finalement, sa mère est parti. Cet jeune homme était obligé de vivre toute seule en travaillant à temps partiel. Il a pu travailler jusqu'à l'âge de 30 ans, mais c'était de plus en plus dur de trouver un boulot car il n'avait pas de garant. À l'âge de 35 ans, il est devenu sans-abri. La seule chose pour gagner de petit sou, c'était de rammasser des magazines, 400 yen pour certains bouquins. Mais c'était pas suffisant pour lui de vivre normalement. 
Plusieur mois plus tard, il a enfin trouvé un emploi avec l'aide de l'organisation de soutien. Il netoie les rues de la ville. Il gagne 70000 yen par mois. Sa vie a changé. Il mange parfois dans un restaurant, prends un bain public, et fait la lessive à la laverie automatique. Pourtant, il dort encore en plein air. Il a dit en pleurant, "les gens doivent se communiquer quoi que ce soit. J'ai enfin compris que la communication est très important dans la vie." Ça m'a ému. J'espère qu'il ira mieux.

 

Publié dans la culture japonaise

Commenter cet article